Dimanche 18 Février avec le P. Daniel Ange

Se lancer courageusement et joyeusement vers Pâques

 
Le premier dimanche de Carême nous avons accueilli le P. Daniel Ange.
 
Plus que jamais nous avons besoin d’entendre des paroles fortes pour encourager et stimuler authentiquement notre foi, notre charité et notre espérance.
Avec le Père Daniel-Ange ce dimanche 18 février vous étiez si nombreux à venir participer à St luc à la journée spirituelle proposée par la Communauté. Merci à notre cher Daniel Ange pour sa présence fraternelle et paternelle. Journée commencée par la messe à l’église de Cuq pour ce premier dimanche de Carême. Combien ont pu dire : “On se croyait au Ciel”Oui cet amour de la ltiurgie est bien une des si précieuses caractèristiques de Daniel Ange.
Après la messe… Ouf ! Les murs de la maison Sainte Thérèse ont réussi à contenir tout le monde. Malgré la salle à manger trop petite, des tables vite dressées dans le couloir, un oratoire si exigü pour l’adoration, mais un chapelet pour tous, pour entrer dans la prière et l’écoute intérieure, avant de laisser la parole à notre prédicateur du jour. La grande salle de la Parole, pleine à craquer, n’arrivait pas à étouffer les mots si forts de Daniel Ange. Deux heures de témoignages de foi, de convictions, de prophéties… des paroles si chères à notre prédicateur. Un bon réveil spirituel pour se préparer, au désert, à vivre un authentique combat spirituel.
Oui le Carême est bien ce temps ou le combat se fait si réel pour qui veut vraiment vivre de l’Evangile. Le temps pour ajuster sa vie personnelle en cohérence avec la foi proclamée. Un temps pour discerner la voix du tentateur. Notre société nous présente tant et tant d’exemples… A tous de partir au combat dans la joie de croire, et l’espérance du Salut déjà offert. C’est là que doit se trouver notre premier “effort” de Carême. 
Pour terminer la journée nous nous sommes retrouvés à l’église pour un temps de prière devant Jésus exposé sur l’autel. Un temps pour nommer sur un papier le nom de ces valises intérieures qui nous encombrent et qu’on ne souhaite pas emporter au désert : nos soifs de pouvoir, d’avoir, de savoir. En venant les déposer devant l’autel chacun a pu voir comment le Seigneur venait nous donner sa force pour avancer sur ce chemin de Carême dans une nouvelle liberté. Le feu de l’Amour du Seigneur est venu consumer tout ces papiers. (Heureusement il n’y avait pas d’alarme incendie dans l’église). Oui le Seigneur est bien le seul à pouvoir transformer nos limites et nos pêchés en lumière et chaleur pour notre route et la joie de ceux que nous croisons.
Pas de joie à Pâques si elle n’est pas déjà profondément présente en nos cœurs !
Merci encore pour ta présence, cher Daniel Ange, merci pour votre présence à vous tous… C’est une joie qui a fait du bien à toute la Communauté.
Les frères et sœurs de St Luc
 
Merci à Dominique C. pour les photos ci-dessous.
 
 
[Not a valid template]
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.